Contacts – bureau

A toutes et à tous, bonjour.

INFONotre association, CAUTERETS DEVENIR est notre outil de lutte contre la liaison Cauterets-Luz et pour un développement de la station existante et d’activités diversifiées en adéquation avec notre site naturel et sa population.

Composition du bureau au 22 novembre 2014
André Layré-Cassou Président  andre.layre-cassou@orange.fr  06 80 03 25 95
Pierrette Négrier       Vice présidente   danielnegrier@orange.fr
Claude Florence      secrétaire     cl.florence@laposte.net   06 85 06 72 87
Pascal Flurin secrétaire adj.            pascal.flurin@orange.fr
J.Jacques FERRER trésorier      nadine.ferrer@wanadoo.fr  05 62 97 94 91
M. Hélène Menaut trésorière adj.  mh.menaut@sfr.fr 

Contact courrier, adhésion (5 € ):  
Claude Florence,  Cattarabes  65110 Cauterets
ou J.Jacques Ferrer 13 Cami de Houssat 65400 Ayros-Arbouix

Cet outil est à votre disposition:
–  en apportant un commentaire directement sur un article
–  en envoyant un courriel pour parution à l’un des contacts du blog
– vous pouvez aussi rencontrer le ou les initiateurs du blog et grandir le groupe de travail

 L’échange de points de vue doit toujours rester serein et correct pour que le débat soit productif.
Les commentaires doivent-être signés sous peine de…non parution.

46 commentaires pour Contacts – bureau

  1. bruno dit :

    Ou en sommes nous de ce projet, sur cette page les derniers commentaires sont de 2011 j’avoue que j’ai découvert ce site ce matin
    Les décisions pour l’avenir de ce village appartiennent aux habitants qui vivent dans ce village cela me semble la moindre des choses, les autres ceux qui sont là pour des vacances, en résidence secondaire ou juste pour prendre un salaire ne devraient pas être décisionnaires, souvenez vous du parking du pont, des cartes résidents etc…. Ne vous laissez pas manger.

    • FR dit :

      même si on vient prendre un salaire, on a quand même encore le droit de dire ce qu’on pense! ou être contre ce projet! c’est dommage de tenir de tel propos! en 2013!!!

  2. Gustav dit :

    07/08/11 19:15 Concertations en haut lieu sur la crise de la dette
    Bonjour,
    Les mauvaises nouvelles boursiéres, voir article suivant, vont probablement nous permettre de ne pas réaliser le projet qui nous chagrine tous.
    Je pense que les organismes bancaires vont se recentrer sur leurs metiers plutôt que sur des investissements basés sur des remboursements réalisés par l’impôt et taxes foncières.
    Si la éniéme crise qui s’annonce est plus sérieuse que la précédente, il est probable que nos clients se déplacent un peu moins dès l’hiver prochain et la question ne sera plus de s’agrandir mais de remplir les caisses en cas de saisons difficiles à partir de 2012-13 et plus tard.
    Gustav

    PARIS/FRANCFORT (Reuters) – A la veille d’une journée qui s’annonce cruciale sur les marchés, la France et l’Allemagne ont pressé dimanche l’Italie et l’Espagne d’appliquer rapidement et complètement les mesures de redressement des finances publiques décidées lors du dernier sommet de la zone euro.

    Dans un communiqué conjoint, le président français et la chancelière allemande Angela Merkel ont souligné « qu’une mise en oeuvre rapide et complète des mesures annoncées est essentielle pour restaurer la confiance des marchés. »

    Selon la Corée du Sud, une conférence téléphonique a réuni dimanche matin des responsables financiers du G20, qui regroupe les principales économies mondiales, afin d’évoquer la situation provoquée par les tensions sur la dette dans la zone euro et l’abaissement par Standard & Poor’s de la note souveraine des Etats-Unis.

    De source britannique, les ministres des Finances du G7 auront sans doute une réunion téléphonique dimanche soir.

    « Il est très probable que la réunion téléphonique des ministres des Finance du G7 se déroule plus tard ce soir », a déclaré la source à Reuters, disant s’attendre à ce qu’elle se démarre à partir de 21h00 GMT, avant l’ouverture des marchés financiers.

    Le G20 et la Banque centrale européenne se sont activés dans la coulisse pour évaluer les conséquences de la crise de la dette de part et d’autre de l’Atlantique, qui secoue les marchés financiers et fait craindre une rechute des pays occidentaux dans la récession.

    Après de fortes turbulences sur les places financières mondiales, qui ont perdu quelque 2.500 milliards de dollars au cours de la semaine écoulée, dirigeants européens et américains se retrouvent à nouveau contraints de rassurer les investisseurs sur la capacité et la détermination de leurs pays à réduire déficits et dettes publiques.

    PANIQUE DANS LE GOLFE ET EN ISRAËL

    Il n’aura pas fallu longtemps pour voir les réactions des marchés, les Bourses du Golfe et d’Israël, ouvertes dimanche, montrant de nets signes de fébrilité.

    La Bourse saoudienne, la plus importante du monde arabe, avait flanché dès samedi, tombant de 5,5% à un plus bas de cinq mois avant d’afficher une hausse infime de 0,08% à la clôture de dimanche.

    Mais c’est à Tel Aviv que le repli a été le plus prononcé avec une chute de 6,99% enregistré par l’indice TA-25 israélien. Le TA-100, plus large, a quant à lui fondu de 7,2%.

    C’est pour éviter que ces phénomènes se reproduisent lundi à Tokyo, puis en Europe et aux Etats-Unis, que les ministres des Finances du G7 devaient également se contacter dimanch e. Il n’est pas exclu qu’ils diffusent un communiqué, a indiqué une source gouvernementale japonaise.

    Mais la préoccupation immédiate des places financières concerne la crise de la dette dans la zone euro, alors que les taux d’intérêt italiens ou espagnols ont bondi ces derniers jours à leurs plus hauts niveaux en 14 ans.

    La téléconférence de la BCE portera essentiellement sur l’Italie. Les marchés espèrent voir la BCE entamer dès lundi le rachat d’obligations d’Etat italiennes et espagnoles afin de stabiliser leurs prix, mais la question divise au sein de l’institution de Francfort.

    L’absence de rachat d’obligations des deux pays par la BCE pour calmer les prix a été particulièrement sanctionnée par les marchés qui y ont vu le signe de divisions internes préjudiciables.

    Les responsables allemands au sein de la banque centrale réclament des garanties sur la mise en oeuvre de sévères mesures d’austérité avant de donner leur feu vert.

    Pressé de toutes parts, le président du Conseil Silvio Berlusconi a annoncé vendredi soir la mise en oeuvre d’un plan d’austérité avec un an d’avance sur le calendrier initial, pour parvenir à l’équilibre budgétaire en Italie dès 2013.

    WASHINGTON SE DÉFEND, S&P AUSSI

    Le 21 juillet dernier, les pays de la zone euro se sont mis d’accord sur le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF) destiné à aider ses membres en difficulté, mais les décisions doivent encore se traduire en actes.

    En outre, une extension de la crise à l’Italie ou à l’Espagne, après les plans de sauvetage accordés à la Grèce, l’Irlande et le Portugal, exigerait aux yeux des observateurs un fort relèvement des capacités de prêt du FESF, doté pour l’heure de 440 milliards d’euros.

    Cités par l’hebdomadaire Der Spiegel, des experts du gouvernement allemand doutent que l’Italie puisse être remise à flot par le FESF même si le fonds voyait ses capacités tripler, car les besoins de Rome sont selon eux trop importants.

    Aux Etats-Unis, l’abaissement de la note souveraine a été dénoncé par le Trésor, qui a estimé que l’agence de notation « oubliait » 2.000 milliards de dollars d’économies budgétaires dans ses calculs.

    A Washington, un conseiller économique de la Maison blanche a déploré la décision de S&P de dégrader la note de la dette américaine, de AAA à AA+, qui pourrait à terme se répercuter sur tous les marchés en augmentant le coût de l’emprunt et en compromettant la perspective d’une reprise durable.

    Les alliés asiatiques des Etats-Unis, Japon et Corée du Sud, ont renouvelé leur confiance dans les bons du Trésor américains, susceptibles de perdre de la valeur.

    « Il n’y aura pas de changement soudain dans notre politique de gestion des réserves », a déclaré le vice-ministre sud-coréen des Finances, Choi Jong-ku. Une bonne part des réserves en devises du pays, évaluées à plus de 300 milliards de dollars, sont constituées d’obligations américaines.

    « Aucune alternative ne fournit une telle stabilité ni une telle liquidité », a souligné le responsable sud-coréen.

    Gene Sperling, conseiller économique de Barack Obama, a ironisé sur une agence « qui part d’une conclusion et cherche ensuite les arguments pour la prouver ».

    Depuis les Etats-Unis, Standard & Poor’s a organisé sa ligne de défense, qualifiant de « déformation complète de la réalité » les critiques émises par Washington et prévenant qu’il existait une chance sur trois pour que la note de la dette souveraine américaine soit de nouveau abaissée au cours de s six à 24 prochains mois.

    Avec Paul Taylor à Paris, Laura McInnis à Washington et les rédactions de Reuters, Jean-Stéphane Brosse et Nicolas Delame pour le service français

  3. Michel Taupin dit :

    Madame,
    Vous avez raison, je me suis montré bien sévère dans mes propos et vous prie de bien m’en excuser. C’est vrai que ce site comporte de plus en plus de réactions constructives pour ou contre le projet. Il est dommage que ce soit avant tous des personnes extérieures au village comme moi qui s’exprime. Les Cauteresiens semblent peut enclins à donner leurs avis sur le sujet, peut être que beaucoup d’entre eux travail à Espaces et ne peuvent ou craignent pour leurs emplois dans tous les cas, c’est dommage pour faire avancer le débat démocratique.
    Bien cordialement Michel Taupin.

    • Serge BOLLE dit :

      M. Michel TAUPIN, bonjour.
      Faisant parti des initiateurs du blog, tous Cauterésiens, j’ai essayé de vous joindre par courriel pour lever certains malentendus. Malheureusement mes courriers me sont revenus (adresse inconnue!), c’est la raison de ce commentaire.
      Tous les articles (je ne parle pas des commentaires) sont rédigés par des Cauterésiens.
      Lors de la réunion débat (voir CR sur le blog), je peux vous assurer que dans la trentaine de personnes venues sur invitation, des salariés d’Espaces Cauterets étaient présents et qu’il n’y a pas de pression particulière à leur encontre que je sache.
      Le débat s’installe progressivement, il y a beaucoup d’échanges (hors du blog) dans notre cité et qui va encore prendre de l’ampleur avec la création de notre association.
      La réaction contre ce projet n’a que 3 mois et déjà 8000 consultations du blog, c’est encourageant.
      Cordialement. Serge BOLLE

    • Monsieur,
      Je pense que du fait du silence de nos dirrigeants,les cauterésiens ne sont pas tous conscients de l’avancée du projet;il faut nous mobiliser, nous fédérer,d’où la création de notre association.Virginie,salariée saisonnière d’Espaces et contribuable cauterésienne.

  4. Gustav Lechat dit :

    Bonjour,
    Pour ma part, je suis un ami d’Herman qui est un homme de sagesse et ami des animaux.
    Quand, je vois avec quelles difficultés nos dirigeants se battent avec les plantigrades locaux pour réintroduire quelques ours dans le cadre d’un projet international onéreux sur la réintroduction et la protection des animaux sauvages.
    Je trouve que ce serait dommage de déloger celui qui a élu domicile sur le plateau du Lisey, car comme nous, il trouve ce secteur magnifique et nous prouve qu’il faut le protéger et non le céder aux bâtisseurs d’éphémères comme le défend Monsieur Taupin.
    Gustav

  5. Michel Taupin dit :

    J’ai eu vent que la station de Cauterets avait embauché au cours de l’hiver dernier, un cadre pour travailler sur le projet de la liaison Luz-Cauterets. J’imagine que si cette personne a accepté cette mission, ce n’est pas pour faire de la figuration et partir demain, non elle est là pour réaliser ce projet et je considère que cet embauche n’est pas fortuite et que le projet est beaucoup avancé que l’on veut bien nous en dire.
    A vous tous Michel Taupin

  6. Geneviève Dansaut dit :

    J’ai eu plaisir à lire votre commentaire, monsieur Spontz.

  7. Guy Hubert Bourdelle dit :

    Monsieur Spontz, je ne suis pas d’accord avec vous, si je vous lis bien, nous devrions arrêter d’avoir des projets audacieux pour l’amélioration du village de Cauterets, parce qu’un malheureux plantigrade, vient en estive au Lisey.
    Proposons lui une autre destination sur les hauteurs de Luz coté Barège par exemple, il parait qu’il y a des moutons AOC, de toute façon quand il va voir arriver les bétonneuses, je suis sûr que de lui-même il ira s’installer ailleurs et puis entre nous, il a plus à craindre d’un Snow-border que d’un Pylônes…
    L’implantation d’une nouvelle structure donnera au contraire un équilibre entre nos deux versants de vallée et ouvrira probablement un nouvel horizon au village.
    Bien cordialement Guy Hubert

  8. Herman Spontz dit :

    bonjour à tous
    vacancier depuis de nombreuses année et amoureux de votre si belle vallée, je me permet de réagir sur votre blog
    je suis surpris qu’un tel projet défigurant votre belle montagne puisse être imaginé. il me semble que les Pyrénées possède déjà suffisamment de pistes de ski.
    De-plus lors de ma venue l’an passé j’ai cru comprendre que le lisey était le sanctuaire d’un ours, animal emblématique des Pyrénées. l’enjeu majeur pour notre avenir est la préservation de notre terre et des espèces la peuplant. Terre déjà bien abîmée qui n’a pas besoin de voir son plateau du Lisey labouré par les bulldozers
    il faut mobilisez tout le monde contre ce projet
    Herman

  9. Jacques de Frémontel dit :

    Enfin des nouvelles fraiches, 32 millions d’euros, c’est 213 million de francs, ouf, il va falloir les digérer, ce n’est pas gagné mais pour les décideurs d’Espaces c’est qu’une paille de toute façon aucun d’entre eux ne résident sur Cauterets.
    Nous devrions créer une compagnie aérienne avec cette somme, c’est la valeur de deux ATR42, avec eux nous pourrions aller chercher nos futurs clients !!!!!
    Non plus sérieusement, vous ne pensez pas qu’il faut arrêt les frais avant que nous soyons au pied du mur et que nous soyons obligé de construire ce projet, parce que la ou les SPL qui vont être constitués par la Direction d’Espaces vont engager la station dans des actions sur lesquels nous n’aurons plus aucunes possibilités de faire marche arrière.
    D’autre part, la crise de confiance actuelle des marchés financiers européenne devrait nous demander d’être prudent sur nos investissements avenir, malgré le fait que les établissements français confirment leur solidité, suivant Isabelle Chaperon du figareo.fr le 15/07/2011, la Société générale apparaît comme la moins bien placée parmi ses compa-triotes et c’est le Crédit agricole qui affiche la meilleure solvabilité de ses pairs.
    Les quatre grandes banques françaises soumises à l’examen européen l’ont passé sans difficulté. Alors que l’Autorité bancaire européenne avait fixé la barre à 5 %, la Société générale apparaît comme la moins bien placée parmi ses compatriotes, avec un ratio de fonds propres durs de 6,6 % fin 2012, après prise en compte d’une forte dégradation économique. La banque estime d’ailleurs avoir encore une marge d’amélioration de 0,9 %, non prise en compte par le superviseur européen. BPCE arrive ensuite avec un ratio de 6,8 %, puis BNP Paribas avec 7,9 % et enfin le Crédit agricole, qui affiche la meilleure solvabilité de ses pairs avec 8,5 %. Comme l’an dernier, le Crédit mutuel n’a pas été scruté.
    Au total, les établissements dont les bilans ont été passés à la moulinette captent 80 % des actifs bancaires en France, contre 65 % pour l’exercice à l’échelle européenne. De son côté, le belgo-français Dexia a bien été testé et ressort avec un ratio de fonds propres durs de 10,4 % à l’issue de la simulation.
    Des provisions massives
    En agrégé, les quatre grandes banques françaises affichent aux termes de deux années théoriques de stress intenses un ratio de fonds propres durs de 7,5 %, en baisse de 0,9 point par rapport à la fin de 2010. Ce niveau reste, toutefois, très supérieur aux 5 % requis, mais en dessous de la moyenne européenne de 7,7 %. Il faut dire que 159 milliards d’euros de capitaux publics, soit 14 % des fonds propres des banques européennes, continuent à bénéficier aux acteurs bancaires en Allemagne, en Irlande ou en Grande-Bretagne. À l’inverse, toutes les banques françaises, BPCE étant la dernière en date, ont remboursé les avances que l’État leur avait consenties durant la crise.
    Les bilans des banques françaises ont été soumis à des hypothèses économiques très dégradées : 0,6 % de croissance cumulée en France en 2011 et 2012, contre une prévision de 3,4 % dans le scénario de base ou encore un taux de chômage dérapant à 9,8 % en 2012, contre 9,2 %. Dans le même temps, une baisse des actions, des obligations, mais également un plongeon historique de 20 % du marché immobilier en France sont simulés.
    Ces chocs provoquent trois types de désagrément aux banques, à la fois au numérateur et au dénominateur du ratio de fonds propres durs.
    Premier impact et le plus massif, ce scénario entraîne une montée de l’insolvabilité des ménages et des entreprises. Selon l’Autorité de contrôle prudentiel, les quatre mousquetaires bancaires auraient à acquitter dans un tel cadre un coût du risque (provisions et pertes) de 50,7 milliards d’euros en deux ans sur leurs portefeuilles de crédits. En 2010, dans la réalité donc, ce chiffre était de 16,8 milliards d’euros.
    Deuxième conséquence : les banques enregistreraient bien sûr des pertes sur leurs activités de marchés, à hauteur de 12,3 milliards d’euros (dont 1,5 milliard sur leurs portefeuilles de titres souverains). Autant d’éléments qui diminuent leurs profits des banques françaises, et donc le montant de leur fonds propres.
    Le troisième impact, lui, concerne le dénominateur. Compte tenu de la montée des risques, les actifs pondérés augmentent de 17 %. Pour les besoins du test, en effet, il a été considéré que les banques ne ¬réduisaient pas leurs engagements pour s’adapter au nouvel environnement. Du coup, elles se prennent de plein fouet l’affaiblissement de leurs contreparties.

  10. Jacques de Frémontel dit :

    Bonsoir,
    Quand pensez-vous pouvoir nous faire part des résultats de la réunion sur le projet avec Dianeige du vendredi 8 juillet
    Merci d’avance
    Jacques de Frémontel

  11. Michel Taupin dit :

    Michel Taupin vacancier récursif à Cauterets depuis ma tendre enfance.
    Suite à mon passage dernièrement dans votre beau village, j’ai pris connaissance de vos derniers projets de construction et d’expansion. Mes amis Cauteretsiens m’ont signalé l’existence de ce blog que je trouve fort intéressant par son sujet, mais fade par son contenu, j’imagine que par la tenue insipide des propos qui y sont exprimés, vous devez être les porteurs de ce projet. Dommage, car je trouve le sujet très intéressant, je le trouve plus animé dans la vallée de Luz que de Cauterets. J’aimerais savoir, si la construction actuelle du bâtiment au niveau du camping des Gléres ne va pas gêner le stationnement des futurs clients qui viendront emprunter la remontée mécanique que vous souhaiter réaliser prochainement. Dans le projet avez-vous imaginé la construction d’un parking ambitieux.
    Bonne continuation.

    • capou mireille dit :

      mr taupin
      en fait de propos insipides les vôtres sont loin de l’être!!!!
      je ne saurai que trop vous conseiller de reprendre votre lecture de ce blog afin de lui donner peut être !!!!! une interprétation différente ??????
      bonne relecture

  12. Geneviève Dansaut dit :

    Allons-y, monsieur Bourdelle, n’hésitons pas: aménagement du Lys, liaison Luz-Cauterets…Mais , au fait, financièrement, vous le voyez comment?

    • Demain à partir de 9H Grand Messe pour la liaison Cauterets -Luz

      La société Dianeige va présenter les différentes hypothéses concernant la liaison
      Nous espérons pouvoir récupérer le maximum d’informations afin de vous les transmettre
      Nous serons bien entendu attentifs à ce qui va être proposé
      On entend déjà quelques bruits de couloir
      -remise en cause de l’équipement du plateau du lisey?
      -remise en cause de la piste de liaison col de riou /plateau du lisey ?
      -les 1700 lits ds résidences hoteliéres et de tourisme??????
      Par quelle gymnastique on va arriver à financer le projet?
      On nous dira certainement : »rien n’est fait ,on en est au stade des études »
      Mais il nous semble bien que certains de nos décideurs voudraient bien accélérer le processus du dépot du dossier UTN
      Mais n’oublions pas ,au préalable la SPL doit être constituée,puisque c’est elle qui doit présenter un projet global Cauterets/Luz
      Nous en saurons plus dés demain
      A suivre…..
      jp Florence

  13. echocitoyen dit :

    En réponse au commentaire de Guy Hubert Bourdelle, il est en effet aussi simpliste d’être contre tout projet que d’être favorable à n’importe quoi sans réserve.
    En bref, l’histoire nous a souvent montré que ce sont ceux qui ont aussi eu le courage de dire NON qui en ont parfois changé favorablement le cours. Et en matière de développement touristique, s’il y avait eu quelques résistants valeureux dans certains endroits du monde nous aurions pu éviter quelques bétonnages malheureux ( genre Benidorm).La Corse ou le Pays basque, même si leur méthodes ont été discutables, récoltent aujourd’hui les fruits de leurs résistances passées…
    Si quelques élus locaux avaient eu le courage d’empêcher la construction de la Porte des Vallées ,dont chacun savait que le 2×2 voies reliant Lourdes à Argeles isolerait totalement ce lieu du passage touristique,nous aurions évité quelques gaspillages.
    Il en est de même sur le projet de liaison luz cauterets: avant de foncer tête baissée ,demandez vous si vous souhaitez vraiment 1700 lits supplémentaires, demandez aux luzéens ce qu’ils pensent de leur résidences de tourisme et de leur effet dévastateur sur l’économie locale et l’environnement,demandez vous si le montage financier n’est pas vertigineux,
    demandez vous s’il n’y a pas d’autres investissements moins spectaculaires mais plus urgents… et peut- être qu’un jour, les vrais visionnaires seront ceux qui auront su dire NON!
    En conclusion, au lieu de réduire au rang de grincheux ceux qui ont le courage d’ouvrir les débats, rendons leur hommage pour leur engagement et les risques qu’ils prennent, face à des élus dont on attendrait souvent un peu plus de transparence
    Annie Sagnes

    • tout à fait d’accord avec Annie;chacun est heureusement libre de ses opinions;cependant dans ce projet c’est effectivement l’opacité de nos élus et responsables de la station qui laisse perplexe et aussi , le déni total du passé (effondrement du lisey à la fin du 19ème siècle).Virginie

  14. Guy-Hubert Bourdelle dit :

    Fonçons tel est mon mot ordre, je trouve fabuleux la création de c’est nouveaux projets sur les hautes Pyrénées.

    Il était temps à force d’écouter les pseudos protecteur de l’environnement qui ne souhaitent aucun changement, nous allons devenir une réserve de grincheux.

    Les stations thermales et skis sont aujourd’hui, les premiers acteurs économiques sur le département 65 et nous aurions tort de nous endormir sur nos acquis.

    L’industrie a jeté l’éponge, il serait regrettable que nos acteurs touristique qui n’ont pas profité de l’aubaine qu’aurait été la construction TCP (tunnel central Pyrénées) et qui aurai permis après négociation de faire un tunnel comme celui sous la manche, camions & voyageurs.

    Mais bon quand ont veut rien, on a rien voir pas grand-chose. Alors si à chaque fois que des collectivités locales bougent pour monter des projets ambitieux la population monte aux créneaux l’avenir va s’annoncer de plus en plus difficile pour nous tous.

    Pour Cauterets, pourquoi attendre les prochaines élections municipales pour réaliser le projet, trois ans c’est long, si nos décideurs pensent que c’est une bonne chose pour l’avenir du village, il nous y aller dès que possible.

  15. Aujourd’hui nous allons dépasser les 6000 visites sur notre blog,en une quarantaine de jours soit une moyenne de 150 visites/jour.Nous sommes satisfaits de ce résultat,mais nous espérons avoir maintenant plus de commentaires afin d’enrichir le débat.N’hésitez pas
    POUR ou CONTRE le projet de liaison Cauterets-Luz,écrivez et argumentez
    les locaux parleurs

  16. Fernand Naudin dit :

    Fernand Naudin, Commerçant à la retraite, du Tarn et Garonne
    Client des premiers jours, j’ai vu l’évolution constante du parc des remontées mécaniques sur notre beau domaine du Lys.
    Je prends connaissance de votre projet ambitieux de donner une nouveau souffle à la station et lui permettre de se comparer aux domaines catalans voir alpins.
    Quelle idée remarquable de se donner les moyens d’aller de l’avant à une époque où nos contemporains frissonnent au moindre changement.
    J’ose croire que cette mutation ne remettra en cause le renouvellement de l’outil existant sur le site du Lys, comme par exemple le changement de la télécabine du Courbet qui si je me souviens doit dater de 1975.
    De tous temps la population a crié aux loups au moindre changement et mis en avant des difficultés potentielles, mais si vous deviez les écouter, vous n’auriez pas changé la télécabine du village qui est à ce jour le booster incontesté de l’économie locale.
    Alors, oui, foncez, allez de l’avant et demain comme ceux d’hier, quand votre projet sera réalisé, nous dirons de vous quels visionnaires.

  17. Lucien dit :

    M. Florence, vous finissez votre article par « Nous n’avons pas encore les tableaux du montage financier que devait nous fournir Espaces Cauterets, mais dès que nous les aurons, nous vous informerons », je crois qu’il sera nécessaire de les relancer régulièrement voir les harceler afin d’obtenir ces tableaux.

    La Direction de la station n’a pas vocation à communiquer ce type de documents mais à rassurer et endormir par de beaux discours les inquiets que nous pourrions être.

    L’étude devant durer encore au moins trois ans, jusqu’aux prochaines élections, sauf évènements particuliers.

    J’espère que nous n’aurons pas à attendre tous ce temps pour prendre connaissance du montage financier qu’Espaces Cauterets s’est engagé à vous fournir.

    LM

    • FLORENCE JP dit :

      Bonjour monsieur Médard,

      Nous communiquons tout ce qui est en notre possession, nous ne voulons pas donner d’informations partielles ou approximatives, ce qui nuirait à une bonne compréhension des choses. Pour l’instant, Espaces Cauterets nous a fourni quelques éléments qui doivent être étayés d’explications.Nous sommes dans l’attente, mais il faut aussi laisser le temps aux gens de faire leur travail
      Nous ne sommes pas du tout dans une relation de harcèlement, mais plutôt de confiance, afin que chacun puisse avoir une bonne information pour pouvoir se faire une idée précise sur le projet présenté avec des éléments de réflexion sûrs
      Mais monsieur Médard on ne vous connait pas, êtes-vous habitant et contribuable à Cauterets?

  18. FLORENCE JP dit :

    Nous sommes globalement d’accord avec votre analyse, mais nous voulons apporter quelques précisions
    Il est prévu la création de 1700 lits et non 1000
    Les acteurs du projet nous ont dit que l’offre marchande d’une partie de l’hébergement est trop diffuse et pas facile à commercialiser, donc il s’agirait bien de création de résidence de tourisme ou de réhabilitation de lits « froids » existants, par exemple: le chalet du pétrole du boulevard latapie flurin, ou le chalet ambroize Croizat au mamelon vert …
    Ces opérations devraient apporter une clientéle nouvelle aux remontées mécaniques???, par le biais de tour- opérateurs, ou agences de voyage.
    Le projet s’équilibrerait ainsi suivant les propos des mêmes promoteurs du projet.
    Alors voilà on propose à la collectivité d’investir lourdement dans la nouvelle remontée, les partenaires privés banques, caisse des dépots et consignations viendraient faire leurs affaires, avec les lits nouveaux, et si ça ne marchait pas par manque de neige, situation économique difficile, moins de clients que prévu, les contribuables cauterésiens et de luz seraient le dernier rempart pour faire face à l’investissement réalisé. Donc nous pensons que si les contribuables doivent prendre des risques c’est bien à eux de décider des investissements sans se laisser guider par d’autres.
    Nous n’avons pas encore les tableaux du montage financier que devait nous fournir Espaces Cauterets, mais dès que nous les aurons, nous vous informerons
    Claude et jp FLORENCE, Serge Bolle

  19. Lucien dit :

    Je voulais soumettre à la réflexion collective ces quelques chiffres.
    En préambule, les études économiques faites au soutien du projet indiquent, qu’il faudra que chaque station augmente son chiffre d’affaire de plus de 3 millions d’euros.

    Une étude auprès de la clientèle nous indique qu’il serait possible d’augmenter le prix du forfait, en lien avec le projet de liaison, de 3 euros supplémentaire.

    Cauterets a réalisé 7 713 254€ cette saison, soit une progression de + 3,9%
    La fréquentation est de 356 050 journées ski, soit + 3,5%
    Le prix moyen est de 21,66€

    Si le prix moyen passe à 24,66€ le résultat serait de 8 780 193€, soit + 1 066 939€. Il en manque encore 1 933 061€ soit 78 388 journées de ski ce qui représente une augmentation de plus de 22,01% de la fréquentation.
    Ce niveau de progression ne c’est jamais produit à Cauterets ni même dans une autre station équivalente. Il est peut-être envisagé, que la concurrence a décidé de fermer ses portes pour nous permettre de prospérer.

    Cette démonstration ne vaut que pour Cauterets. Elle est donc à reproduire à Luz Ardiden. Luz Ardiden qui réalise un peu plus de 3 millions d’euros, qui selon l’étude économique va doubler son chiffre d’affaire.

    A Cauterets, il est prévu de construire plus de 1 000 lits supplémentaires pour loger cette clientèle. Il est bon de rappeler que de nombreux lits existants ne sont pas loués. Ce n’est pas en créant une offre disproportionnée par rapport à la demande que le problème va se solutionner. Je pense que cela fera simplement s’effondrer les prix.

    Pour ma part, je ne crois pas au miracle, même économique. Dans cette période de crise, où il est de plus en plus difficile, pour un nombre croissant de nos concitoyens, d’assurer le quotidien, je pense que la prudence doit être la ligne de conduite à adopter.

    Je pense que Cauterets doit continuer seul son développement. Les chiffres indiquent que c’est possible. Depuis 2005 et la télécabine du Lys la station a progressé. Un mariage avec Luz Ardiden ralentira à coup sûr le développement de la station du Lys.

    LM

  20. Lucien dit :

    Je tenais à préciser que Monsieur Péré et moi même sont bien deux personnes bien différentes, le seul point qui nous rassemble c’est notre pénom pour le reste Je suis Lucien Médard.

    En ce qui conserne ces propos, ils ont été tenu dans ce blog par:

    M. JP Florence déclare « Nous avons, je pense à revenir sur le sujet dès que le projet sera définitif »

    Madame Menaut marie-hélène déclare « L’aménagement prévu entre Cauterets et Luz supprimera deux lieux, le Col de Riou et le Plateau du Lisey »

    bien à vous

    LM

  21. Lucien dit :

    Vous écrivez

    « Nous aurons je pense à revenir sur le sujet ,dés que le projet sera définitif »

    Pourquoi attendre que le projet soit définitif, j’ai entendu parler de trois ans d’études jusqu’aux prochaines élections municipales.

    Cela va couter cher à la collectivité, surtout si nous n’en voulons pas.

    Ne serait-il pas judicieux d’organiser une consultation local dès aujourd’hui, afin de voir ce que la population local veut ou pas.

    La consultation pourrait être faite sur la présentation de pré-études avec des coûts et des impacts estimés.

  22. FLORENCE JP dit :

    il ne s’agit pas d’une route vers le col de riou ,mais d’une piste reliant le col de riou au plateau du lisey en passant par péne blanque, soit une emprise d’une dizaine de m minimum de large tout le long de la piste ,donc un impact paysager largement équivalent à celui d’une route.
    Pour le lisey ,la construction d’une gare intermédiaire et de toutes ses annexes ,la piste de jonction, la ligne de la télècabine auront là aussi un impact paysager non négligeable.
    Et c’est vrai que le paysage du lisey sera complétement bouleversé par cet aménagement
    Nous aurons je pense à revenir sur le sujet ,dés que le projet sera définitif

    • Geneviève Dansaut dit :

      Oui, Lucien, mais quelle différence! Avec ou sans pylônes, avec ou sans déchets polluants tels poches en plastique ou autres filtres de cigarettes. Le plateau du Lisey sera certes toujours là, mais plus jamais le même.

  23. Lucien dit :

    Vous écrivez:
    « L’aménagement prévu entre Cauterets et Luz supprimera deux lieux : le col de Riou, puisque une route y est prévue et le plateau du Lisey. »

    Selon, le Maire de Cauterets, il n’est pas prévu de constuire de route vers le col de Riou.

    De plus le plateau du Lisey ne va pas déménager et vous pourrez toujours continuer à vous y rendre.

  24. menaut marie-hélène dit :

    Résidente secondaire à Cauterets , je tiens à confirmer que l’atout de ce village est d’offrir la possibilité de venir en famille. Ceux qui ne pratiquent pas le ski alpin apprécient de pouvoir très rapidement partir en montagne et de varier les promenades et excursions. L’aménagement prévu entre Cauterets et Luz supprimera deux lieux : le col de Riou, puisque une route y est prévue et le plateau du Lisey.

    De même, bien que nous soyons skieurs,combien de fois à Noël, lorsque la neige n’était pas au rendez-vous, sommes-nous allés au plateau du Lisey et revenus par la Reine Hortense!

    Ces aménagements défigureraient de façon radicale des lieux naturels et sauvages qui, de plus, en été, sont des zones pastorales.

    Cauterets est un centre de montagne qu’il faut développer car on rencontre de plus en plus de marcheurs en moyenne montagne.

  25. Claude Florence dit :

    Bonne nouvelle: il a neigé au Lisey cette nuit!

    • GP dit :

      Ah, tu vois bien, il y neige même en juin ;o))
      Cà me fait penser : vous seriez pas mal placés à Catarrabes pour mettre une webcam qui voir le Lisey et montre son enneigement non?

  26. Lucien dit :

    SPL suite

    Les Sociétés publiques locales
    Après avoir créé en juillet 2006 les Sociétés publiques locales d’aménagement (Spla), le
    Parlement a le 19 mai dernier définitivement adopté à l’unanimité la loi pour le
    développement des Sociétés publiques locales (Spl).
    Ces sociétés anonymes exclusivement publiques viennent enrichir la gamme des Entreprises
    publiques locales à la disposition des collectivités et des élus locaux jusqu’alors composée
    des Sociétés d’économie mixte (Sem) et des Sociétés publiques locales d’aménagement
    (Spla). Qui sont-elles vraiment ? Comment fonctionnent-elles ? Quels avantages comparatifs
    proposent-elles ? Quels atouts et valeurs partagent-elles avec les autres Entreprises publiques
    locales ?
    Nature juridique
    Les Spl sont, à l’instar des Sem et des Spla, des sociétés anonymes régies pour l’essentiel par
    le Code de commerce. Leur création relève d’une délibération des collectivités locales (ou
    de leurs groupements) actionnaires.
    Composition du capital
    Alors que les Sem ont un capital mixte et comptent au minimum 7 actionnaires, dont au
    moins une personne privée, les Spl, comme les Spla, ont un capital exclusivement public
    détenu par au moins deux collectivités locales (ou leurs groupements).
    Domaines d’intervention
    A l’image des Sem, les Spl sont compétentes pour réaliser des opérations d’aménagement et
    de construction ou pour exploiter des services publics à caractère industriel ou commercial
    ainsi que toutes autres activités d’intérêt général.
    Périmètre d’action
    A la différence des Sem, les Spl ne peuvent intervenir que pour leurs actionnaires publics et
    sur leurs seuls territoires.
    Personnel
    Les salariés des Spl relèvent d’une gestion de droit privé. Les mises à disposition et
    détachements de fonctionnaires territoriaux sont possibles.
    Comptabilité
    Comme les Sem et les Spla, les Spl sont dotées d’une comptabilité privée.
    Les atouts des Spl
    > Les atouts propres aux Spl :
    • La maîtrise politique : Dans une Société publique locale, les collectivités locales sont les
    seuls maîtres à bord. Elles détiennent la totalité du capital et des sièges au conseil
    d’administration, lequel nomme et révoque le directeur général. Une telle maîtrise est
    pour les collectivités locales l’assurance que les Spl intègreront pleinement leurs
    orientations stratégiques et politiques.
    • Le gain de temps…et d’argent : Considérées comme des opérateurs internes, les Spl
    n’ont pas à être mises en concurrence par leurs actionnaires publics, et ce en toute
    conformité avec le droit communautaire. L’absence de telles procédures est
    synonyme d’un gain de temps et d’argent non négligeable dans la conduite des
    projets. Pour une ville de plus de 150 000 habitants, on évalue entre 70 000 et 100 000
    euros le coût par projet urbain des appels d’offres dont les Spl permettent de se
    AG.19.05.2010
    dispenser. Le gain de temps est lui estimé entre 3 et 6 mois pour chaque projet.
    L’obligation de mise en concurrence se reporte sur les Spl elles-mêmes puisque pour
    répondre à leurs besoins propres et à l’exécution de la ou des missions confiées, elles
    devront respecter les règles du Code des marchés publics ou de l’ordonnance du 6
    juin 2005 qui régit les modalités de conclusion des marchés passés par les organismes
    non soumis au Code des marchés publics.
    • La simplicité juridique : L’absence de mise en concurrence entre les collectivités
    locales et leurs Spl ne signifie pas absence de liens juridiques simples et sûrs, bien au
    contraire. Toute mission déléguée donnera naissance à un contrat limité dans le temps
    qui régira et sécurisera les rapports entre les collectivités locales et leurs Spl. Au fil du
    temps, les projets et missions confiés pourront évoluer sans que cela affecte la nature et
    le régime de ces relations contractuelles.
    > Les atouts communs à toutes les Epl :
    • La performance : Les Epl proposent une véritable gestion d’entreprise, source de
    performance, de réactivité et de souplesse. Leurs salariés relèvent du droit privé de
    même que leur comptabilité. Satisfaction du client, recherche de la rentabilité, rapidité
    des circuits de décision, adéquation constante des moyens aux objectifs de
    l’entreprise, sont les autres véritables plus apportés par les Spl à la gestion publique
    locale.
    • L’ancrage territorial : Les Epl sont des entreprises localement enracinées et dédiées à
    l’attractivité, au développement et à la cohésion des territoires de leurs actionnaires
    publics. Elles apportent des solutions adaptées aux enjeux locaux, privilégient les
    ressources locales, créent des emplois de proximité durables et sont des entreprises
    indélocalisables.
    • La sécurité : Les élus administrateurs de Sem et de Spl disposent d’un régime de
    protection sécurisée puisque la responsabilité civile relève de la collectivité et non de
    l’élu mandataire.
    • La transparence : Sem et Spl se caractérisent également par la transparence de leur
    gestion. Elles sont sans nul doute les sociétés les plus contrôlées de France, cumulant
    des contrôles internes et externes à la fois publics et privés.
    • La priorité donnée à l’intérêt général et aux citoyens : Si les Sem et les Spl doivent
    s’inscrire dans une logique de performance, celle-ci n’est pas guidée par une
    recherche exclusive de profits. Dans une Epl, l’intérêt général et celui des citoyens
    priment sur les intérêts purement financiers.
    • Une solution évolutive au sein de la gamme des Epl : Opter pour la Spl ou pour la Sem
    n’a rien de définitif. De la Spl à la Sem, il n’y qu’un pas que les collectivités locales
    peuvent franchir en fonction de l’évolution du contexte, du projet et des enjeux
    locaux.
    Le contexte de la réforme
    Cette réforme a été initiée par 271 parlementaires de tous bords politiques avec le soutien du
    gouvernement. Les sénateurs et les députés ont adopté le texte à l’unanimité lors de chaque
    lecture. Cette loi entrera en vigueur dès sa publication au Journal officiel, aucun décret
    d’application n’étant prévu.
    La France était le seul pays de l’Union européenne où il n’était pas encore possible pour les
    élus locaux de créer de telles entreprises. 80 % des 16 000 Entreprises publiques locales
    recensées en Europe sont pourtant des Spl.

  27. Lucien dit :

    Les Entreprises publiques locales (Epl) sont des entreprises au service des collectivités locales, des territoires et de leurs habitants. Elles interviennent dans une quarantaine de domaines d’activité au cœur de notre quotidien : aménagement, logement, transports, tourisme, énergie, déchets…

    Positionnées entre le tout public et le tout privé, les Epl se caractérisent par leur nature d’entreprise commerciale, leur capital public majoritairement (Sem) ou exclusivement (Spl et Spla) contrôlé par les collectivités locales, ainsi que par leur vocation à satisfaire l’intérêt général et à privilégier les ressources locales.

    Leur marché est un territoire,

    Leur métier : le développer,

    Leur valeur ajoutée : marier les atouts de l’entreprise aux valeurs du public.

    Les Epl sont des sociétés anonymes régies pour l’essentiel par le Code de commerce. Ce statut est gage de souplesse, de réactivité et de transparence pour les collectivités locales à la fois actionnaires et clientes. Dans les Sem, les actionnaires privés apportent leur savoir-faire et contribuent au management de l’entreprise. Comme toutes les entreprises, les Epl recherchent la satisfaction du client, la performance de gestion, la création de résultats ainsi que la motivation de ses salariés et actionnaires.

    Les Epl interviennent dans le cadre des compétences des collectivités locales et se voient ainsi confier la réalisation ou la gestion de multiples missions et services d’intérêt public.
    Le capital des Epl est majoritairement ou exclusivement détenu les collectivités locales. Une telle maîtrise est pour ces dernières l’assurance que les Epl intègreront pleinement leurs orientations stratégiques et politiques.

    L’une des principales forces des Epl réside dans la connaissance du territoire dans lequel elles sont enracinées. Elles apportent des solutions adaptées aux enjeux locaux, privilégient les ressources locales, créent des emplois de proximité durables et sont des entreprises indélocalisables.

    La gamme des Epl est composée des Sociétés d’économie mixte (Sem), des Sociétés publiques locales (Spl) et des Sociétés publiques locales d’aménagement (Spla)

    Les Spl sont un nouveau mode d’intervention à la disposition des collectivités locales. Ce sont des sociétés anonymes créées et entièrement détenues par au moins deux collectivités locales. Comme les Sem, elles sont compétentes pour réaliser des opérations d’aménagement et de construction ou pour exploiter des services publics à caractère industriel ou commercial ainsi que toutes autres activités d’intérêt général. Elles ne peuvent travailler que pour leurs actionnaires publics et sur leurs seuls territoires. Considérées comme des opérateurs internes, elles n’ont pas à être mises en concurrence par leurs actionnaires publics. Elles ont vocation à permettre aux collectivités locales d’optimiser la gestion de leurs services publics locaux.

  28. Ping : Télécabine : ça bouge aussi du côté de Cauterets | EchoCitoyen

  29. Bobo dit :

    Vous vous payez la voiture, ne vous plaignez nous on paye la voiture et la maison du DG.

  30. Lucien dit :

    Hier aujourd’hui et demain pour Cauterets!!!

    Comme nous le savons tous, Monsieur le maire de Cauterets et un homme de compromis et non de conflit en temps de guerre, il chercherait les solutions les mieux adaptées pour nous tous.

    En 2006, après le départ M. Tassart, Espaces est resté pendant quelques semaines seul sans Directeur Général comme cela lui est déjà arrivé dans son histoire.

    Après négociations, un accord a été trouvé avec Luz pour avoir à mi-temps* un Directeur Général et un Responsable administratif et financier, ce dernier venant faire doublon avec une personne déjà en poste.

    Le rapprochement avec N-Py venait d’être lancé, progressivement mes surement Espaces allait perdre son identité structurel et se rapprocher d’un « système efficace et reconnu comme tel », le fonctionnement de la station de Luz Ardidene.

    Les élections municipales venant confortés ce choix, par le maintient en poste de Monsieur le maire et par conséquent de l’équipe mise en place à Espaces Cauterets.

    La station se lance dans une démarche environnementale qui voit arriver un Responsable du système de management intégré (SMI) en autres termes un Directeur d’opération à mi-temps* pour superviser et montrer aux personnels de la station de Cauterets comment, ils doivent travailler pour être plus compétitifs afin de gommer tous les écarts dans le cadre du rapprochement structurel entre Luz et Cauterets (projet de SEM).

    La billetterie et les bornes de contrôle (skidata) sont remplacées au profit de son concurrent direct Teamaxess qui se trouve être le système mis en œuvre sur l’ensemble des autres stations N-Py.

    La création du Yéti et de ses produits comme par hasard les copies conforment de ceux d’N-Py et le tour est joué.

    Cauterets par le concours de nos élus s’engagent dans un partenariat de trois ans avec le regroupement de station de ski, Nouvelles Pyrénées (N-PY) et verse une cotisation annuelle de 200 000 Euros.

    Aujourd’hui, la mairie s’engage sur un projet pharaonique qui n’a pas vocation à être viable mais simplement à marquer le trait d’union entre deux stations qui n’aurait jamais du se rencontrer.

    Cette construction va être le facteur décisif de la création d’une société d’économie mixte (SEM) pour gérer et promouvoir la nouvelle entité Cauterets-luz.

    Luz pourra enfin respirer et recouvrir ses empreints présents et futur grâce à une virginité bancaire retrouvée par cette nouvelle structure.

    Bien qu’ayant des résultats deux fois supérieurs à ceux de Luz, Cauterets n’aura plus que ses yeux pour pleurer et constater la duperie auquel nous allons participer et approuver par nos élus.

    A nous de savoir, ce que nous voulons, nous avons deux beaux domaines le Lys et le Pont d’Espagne qu’il nous faut continuer à faire progresser.

    Notre parc de remontées mécaniques est vieillissant ou sur exploités tels les télécabines du Lys, du Pt d’Espagne et du Courbet, Il serait dommageable de les oublier au profit de miroirs aux alouettes alors que nous allons avoir à réaliser sur les proches années à venir aux moins une grande inspection réglementaire pour chacun de nos télésièges et télécabines.

    Le coût de ces vérifications n’est pas négligeable et il serait regrettable de ne plus avoir les disponibilités financières pour les réaliser à cause d’un engagement sur le projet de la télécabine Cauterets-Luz.

    *Mi-temps : contrat de prestation externe + Achat d’un Renault kangoo pour le Responsable administratif et financier.

  31. echocitoyen dit :

    Bravo Lucien en quelques lignes vous absolument bien résumé la situation même si côté Luz la population n’est pas forcément d’accord pour la fusion cauterets-Luz!!!.
    En revanche beaucoup de personnes pensent la même chose que vous à propos du DG!!!

  32. Lucien dit :

    Ce projet, c’est avant tous l’ambition d’un homme, le DG d’Espaces qui est venu pour trois raisons, la première nourrir N-Py (200 000€/an), la deuxième sauver les finances de Luz en créant une SEM Cauterets-Luz (projet à venir) et la troisième créer un domaine skiable égale voir supérieur à celui du Tourmalet, ce qui lui permettra de prendre sa retraite avec les honneurs.
    Il pourra dire comme de nombreux toys, ces Cauteretsiens arrogants et riches nous les avons bien baisé avec la bénédiction de leur maire polytechnicien (donc intelligeant),
    Ils ont pas fini de nous bénir, Amen.

    • Geneviève Dansaut dit :

      Je pense qu’il serait intéressant de connaitre justement l’avis des toys. De quel oeil voient-ils cette alliance? Sont-ils aussi bien informés que nous le sommes? N’oublions pas que l’union fait la force.

  33. Geneviève Dansaut dit :

    Personnellement, c’est la mise en oeuvre de cet aménagement qui m’a étonnée. J’ai appris sur mon lieu de travail l’embauche de personnes destinées à concrétiser ce projet vieux d’ un demi-siècle…Quelle précipitation soudain!!!
    Quels éléments nouveaux sont intervenus? Qui s’appuie sur qui?
    Je ne maîtrise pas aussi bien le sujet que les concepteurs de ce blog, mais je trouve inquiétante la sérénité avec laquelle on aborde la destruction d’un site superbe et encore préservé. Notre richesse ne réside-t-elle pas plutôt en ces lieux naturels que dans l’exploitation intensive? Qu’en pensent les « montagnards » attirés par la beauté de nos Pyrénées?
    Cordialement

  34. jean pierre Florence dit :

    Ta remarque n’est pas tout à fait hors sujet ,mais l’objet de ce blog n’est pas le débat sur la réintroduction de l’ours,les éleveurs sont trés mobilisés,et savent trés bien faire entendre leur voix.D’ailleurs il serait intéressant qu’un blog local éxiste sur le sujet.
    Nous ce qui nous intéresse pour le moment,c’est le débat sur la liaison Cauterets-Luz.
    Toutes les observations qui peuvent l’enrichir sont les bienvenues.
    Amicalement

  35. capou mireille dit :

    sympa l’idée d’un blog .toutes ces questions méritaient d’être posées et doivent inciter a la réflexion.
    je ne peux toutefois m’empêcher de constater qu’aujourd’hui on s’inquiète du devenir des pâturages du plateau du lisey alors que lors des débats sur la réintroduction de l’ours cela ne semblait déranger personne ,or l’on sait très pertinemment que qui dit ours dit désertion des troupeaux dit abandon des estives et retour a l’état de friche de zones « intermédiaires » quand aux bergers…..ma foi ils iront skier….

    un peu hors sujet peut être ??, mais tant pis ca fait du bien
    Amicalement
    Mireille capou

  36. echocitoyen dit :

    Bon courage pour la suite, nous allons nous aussi mettre un lien de notre blog vers le votre.
    De toute façon nous restons en contact.
    Bien Amicalement
    ECHOCITOYEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s