Luz questionne!

Ci-dessous une intervention de Laurent Grandsimon, candidat aux municipales de Luz, parue dans la Dépêche sur le positionnement du Maire de Cauterets quant à la liaison Cauterets-Luz.

De Laurent Grandsimon, nous recevons pour insertion : «Dans un article de presse du 6 février, le maire de Cauterets parlait de la construction d’une télécabine qui partirait de la ville de Cauterets pour arriver aux crêtes du Lisey, sur le domaine skiable de Luz-Ardiden.
Il offrait quelques détails supplémentaires et informait le journaliste que ‘’nous continuerons à avoir un directeur commun mais deux gestions indépendantes. Une convention entre le Sivom de l’Ardiden et Cauterets définira le partenariat entre les deux régies’’. Pour que le maire de Cauterets parle de ce projet, dans la presse, au futur et pas au conditionnel, c’est que le concept doit être bien avancé et que les élus cauterésiens doivent avoir reçu des garanties de partenariat et d’accès au domaine skiable de Luz-Ardiden. Pourtant, je ne pense pas que les communes du Sivom aient déjà délibéré en faveur de cette connexion téléportée du côté de Cauterets. Le maire de Cauterets continuait en affirmant que ‘’l’exploitation de la nouvelle remontée financera son investissement, ce qui est tout à fait réalisable au vu des simulations’’. Je sais que les Luzéens, intéressés par l’avenir de leur station, aimeraient savoir de quelles simulations il est question. Combien de skieurs supplémentaires déposés quotidiennement sur les crêtes du Lisey ? Quel pourcentage de la vente de forfait ira à la régie de Luz-Ardiden ? Et quel pourcentage ira à Espace Cauterets ? Est-ce que la régie de l’Ardiden va réclamer le versement d’un ‘’ticket d’entrée’’ de la part d’Espace Cauterets pour avoir accès à un domaine skiable, financé depuis presque quarante ans par les impôts des habitants des communes du Sivom ?

À l’approche des élections municipales, je demande la transparence totale des informations concernant cette liaison Cauterets-Luz-Ardiden. Ces simulations, qui semblent rassurer le maire de Cauterets, doivent être rendues publiques avant les élections municipales des 23 et 30 mars prochain.

Côté pays Toy, les élus sont beaucoup moins ouverts sur le sujet. Les longues pages du bilan municipal de la commune de Luz ne mentionnent même pas les études et les dépenses d’efforts et d’argent associées au projet de remontée lourde. Ce projet, souvent présenté comme hypothétique, avance néanmoins dans l’ombre car des élus du Sivom du pays Toy ont récemment découvert les nouveaux plans d’une remontée lourde, au pont de Pescadère. Un extrait du ‘’rapport’’ du délégué de la DDT65 concernant l’implantation de l’abattoir, informait en effet les élus que ‘’sur le secteur Sassis-Saligos, il faut impérativement évoquer le projet d’espace de loisirs et de découverte (à fleur de crêtes), avec des perspectives de télécabine dont la gare aval se situerait à la proximité immédiate des parcelles évoquées pour le projet de réimplantation de l’abattoir… Les deux projets sont incompatibles’’.

Les plans qui accompagnent ce rapport de la DDT et la nouvelle étude de remontée lourde doivent être rendus publics. à cinq semaines de l’échéance électorale, les Luzéens n’ont toujours pas accès aux détails d’un dossier qui va engager la gouvernance de la station et le budget de la commune pour de nombreuses années à venir. Il est essentiel que les Luzéens soient informés des tenants et des aboutissants d’un projet qui hypothéquera directement l’avenir de leur commune et l’avenir de l’ensemble du pays Toy. Comment est-ce que les habitants des communes du Sivom de l’Ardiden peuvent choisir leurs élus en étant tenus à l’écart d’un dossier si important ?».

A propos Tribune de CAUTERETS DEVENIR

Liaison Luz - Cauterets Remontée mécanique
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Luz questionne!

  1. Il semble donc que la volonté de détruire le Lisey à la vie dure chez les élus Cauterésiens…

    Bonjour à tous et à toutes,
    Je n’habite pas Cauterets, alors pourquoi me prononcer sur ce sujet qui, au fond, semble ne pas me concerner ?
    J’ai découvert Cauterets à 7 ans, âge de ma première cure, et depuis l’amour de ses montagnes m’y ramène chaque été, ou presque, depuis plus de 40 ans. A dire vrai, je m’y sens chez moi bien plus que n’importe où ailleurs.
    Le plateau du Lisey fut, en 1970, ma première vraie randonnée, et il a depuis une place à part dans mon coeur.
    Lors de mes premières ascensions aux cols de Riou et du Lisey, j’ai pu contempler les estives encore vierges de ce qui est aujourd’hui Luz-Ardiden, et les abords de la Capérète avant qu’ils ne soient attaqués à la dynamite. Le vallon de Cloze était alors un sauvage petit cirque d’éboulis
    qui défendait l’accès à l’Arriou Né…
    Bon an, mal an, je trouve toujours un moment pour monter au Lisey et jouir de son ambiance pastorale authentique. Impossible pour moi de l’imaginer défiguré et détruit par les poteaux des télécabines ! Le bourrelet de gravas qui défigure le col est déjà bien assez.

    Je ne nierai pas que mon opposition est avant-tout sentimentale et subjective. Je ne peux pas prétendre me placer sur le terrain économique, que je ne connais pas.
    Pour couronner le tout, je suis randonneur, amoureux des Pyrénées, mais pas skieur. Je ne peux pas nier pour autant l’importance économique des sports d’hiver pour le village.

    Mais il me semble que du strict point de vue du ski, cette liaison serait un non-sens. Comme vous l’avez fait remarquer dans un article précédent, l’enneigement ne va pas en augmentant ! C’est le seul argument rationnel et objectif que je peux avancer. J’ai rencontré dans mes randonnées aoûtiennes, à la fin des années 70, des névés que je n’ai plus jamais revus, même en juillet. Je photographie souvent le glacier des oulètes, pour ne citer que lui, et constate à chaque fois son recul.
    Enfant, j’avais dans ma chambre un autocollant qui proclamait « de décembre à juillet, je skie à Cauterets » ! Même si juillet paraît un peu exagéré, je me rappelle avoir vu le Lis encombré de skieurs, avec une neige encore abondante à la mi-avril (en 1974, si mes souvenirs sont bons), et sans le secours des canons à neige !
    L’enneigement exceptionnel de l’hiver dernier fait aujourd’hui figure d’exception dans la dynamique du réchauffement climatique annoncé (et de plus en plus constaté, semble-t-il). Alors que cherchent vraiment les promoteurs de ce projet ?

    Je sais bien que ces quelques lignes ne sont qu’un billet d’humeur qui fait pas vraiment « avancer le schmilblik », comme on dit, mais j’ai été heureux de parler du Lisey un moment !

    Bien cordialement,
    Patrick Gourinel

    PS : Tiens ! Puisqu’on parle de projets, je préférerais de loin que soit réhabilité le sentier qui monte au Péguère ! A défaut, quelqu’un peut-il me dire où démarre l’embranchement qui redescend sur le Cambasque ? Je suis monté de nombreuses de fois au Péguère, et regrette aujourd’hui de n’avoir pas mieux exploré cette solution !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s